1-1 Sebastián Ribas Goal Ukraine Vyscha Liga.





'Con el paso del tiempo se supera la barrera del idioma'


'Ribas ne doute de rien '

Le meilleur buteur dijonnais (6 buts) n’a plus marqué à domicile depuis le 17 septembre et un triplé inscrit contre Evian. Photo C. R.

Même s’il n’a pas trouvé le chemin des filets depuis six matches, le buteur uruguayen du DFCO ne panique pas et appréhende cette passe difficile avec philosophie.

Hier midi, alors que tous les Dijonnais avaient quitté la pelouse, Sebastian Ribas a poursuivi l’entraînement, seul, accompagné d’un sac de ballons. « Il fait ça régulièrement », indique Patrice Carteron, en jetant un œil vers son joueur. « Je cherche constamment à m’améliorer », ajoute Ribas, dans un français impeccable.


Il n’y a donc aucun lien entre sa perte d’efficacité et ses heures sup’. Pas plus qu’il n’y en avait avec sa présence sur le banc, vendredi, au coup d’envoi du match contre Ajaccio. « Ce n’était pas une sanction. Dans le 4-1-4-1 qu’on a utilisé, il nous fallait quelqu’un qui avait plus de profondeur comme Raph’ Caceres », précise Carteron.

Ce statut de remplaçant, qu’il a revêtu pour la seconde fois de la saison après la réception de Vannes (11 e j.), l’Uruguayen a du mal à l’accepter. « J’aime jouer, je suis un compétiteur, donc je ne peux pas m’en satisfaire », reconnaît-il. « Mais il faut respecter les choix du coach car le plus important, c’est le bien-être de l’équipe. »
« Rester positif »



C’est d’ailleurs l’argument qu’il développe, en toute sincérité, lorsqu’il évoque ses récentes difficultés. « Je dis toujours que le but, c’est ma vie. Mais ne pas marquer fait aussi partie de la vie des attaquants. Ça arrive même aux plus grands joueurs. Regardez Forlan (son compatriote), il a marqué beaucoup pendant la Coupe du monde et depuis, il ne marque presque plus (3 buts en 14 matches avec l’Atletico Madrid) », souligne Sebastian Ribas.

Doté de solides ressources mentales, il avoue ne douter de rien. « Il ne faut pas se prendre la tête car c’est négatif. Il faut rester positif et continuer à travailler », glisse-t-il. « J’ai entièrement confiance en sa capacité de réaction », poursuit son entraîneur, qui pronostique que son poulain réalisera un « bon match », vendredi contre Reims.

Il en a besoin. Son équipe aussi.
Matthieu Boedec(fuente: bienpublic.com) (credit photo:Jerome Boullee)